Belote

La Belote est un jeu simple et attrayant. Il remplace progressivement le whist et le Bridge qui sont beaucoup plus compliqués.

— Nombre de cartes : 32 cartes,
— Nombre de joueurs : 2, 3 et 4 joueurs. Chacun jouant pour son compte sauf pour la partie à 4 (on peut dans ce cas constituer deux camps comme au piquet à 4, à la manille, etc.)

Ordre des cartes

  • As > dix > Roi > Dame > Valet > neuf > huit > sept.
  • Toutefois, pour la couleur d’atout, la valeur des cartes est par ordre :
    Valet > neuf > as > dix > Roi > Dame > huit > sept.

Dans les levées,
Valet d’atout compte 20 points.
neuf d’atout 14 points. Puis pour toutes les autres couleurs, y compris l’atout,
as pour 11 points
dix pour 10
Roi pour 4
Dame pour 3
Valet pour 2

mot cléLes autres cartes ne comptent pas, mais elles servent à former des combinaisons dites hasards.

1) Les carrés

— 4 Valets dans la même main valent 200 points.
4 neufs dans la même main valent 150 points.
4 as dans la même main valent 100 points.
4 dix dans la même main valent 100 points.
4 Rois dans la même main valent 100 points.
4 Dames dans la même main valent 100 points.
Le plus fort carré bat et annule tous les autres.

Hasards (combinaisons)

— La quinte majeure (5 cartes qui se suivent) est la plus forte séquence, elle vaut 100 points (comme toutes les quintes). Mais une quinte à l’atout prime toutes les autres de même hauteur et ne compte pas si l’adversaire a un carré quel qu’il soit.

La quinte « cent » bat toutes les combinaisons inférieures comme :
— La quatrième de piquet qui compte 50 points.
— La quatrième appelée « cinquante » bat la tierce qui, si elle est bonne, compte 20 points.

Le hasard dit…
— belote se compose du Roi et de la Dame d’atout dans la même main. La belote ne s’annonce que dans le courant de la partie au moment où l’on jette l’une des deux cartes sur le tapis.
>> On dit alors « belote ». Puis, quand dans une autre levée on joue l’autre on ajoute « rebelote ». Ceci est obligatoire si si l’on veut compter les 20 points que vaut la belote. L’oubli d’une des deux déclarations empêche de compter les 20 points.

La donne

La donne est faite par le joueur ayant tiré la basse carte.
On donne 6 cartes à chacun des 2 joueurs par 3 et on retourne la suivante.

En cas de maldonne, le donneur perd 10 points et redonne.

L’adversaire examine si son jeu lui permet d’engager la partie, sinon il dit je passe.

Le donneur à son tour, après avoir examiné son jeu, accepte ou dit, « je passe ».

Que l’ouverture soit faite par l’un ou l’autre joueur, l’atout est indiqué par la retourne.

Lorsque les deux joueurs ont dit « je passe », chacun d’eux à son tour de parler choisir une couleur plus avantageuse pour atout et l’annonce.

Cette annonce doit être faite avant la distribution des 3 cartes complémentaires par un « je mets à cœur, pique, etc.) comme atout.

Les cartes complémentaires à donner sont trois en un seul paquet.

Si le premier à jouer croit pouvoir gagner avec l’atout retourné, il dit « je mets » et la distribution des 3 cartes complémentaires est faite à chacun.

Si les deux joueurs ont déclaré « je passe » pour l’atout retourné et pour l’atout désigné au second tour de parole, le premier à jouer prend la donne.

A remarquer que dans la partie à deux, le joueur qui dans un coup fait le plus de points, continue de donner sauf cependant quand il n’y a pas eu d’engagement ou de jeu, car alors la donne passe à l’adversaire jusqu’à ce que le donneur gagne.

Le sept d’atout dans la partie de l’atout retourné permet au joueur qui l’a en main de prendre la carte retournée en la remplaçant par ce sept. Mais cela doit se faire de suite avant qu’aucune carte n’ait été jetée sur la table. Toute carte vue, empêche cette faveur.

La carte retournée qu’on a remplacée par le sept peut servir naturellement à compléter les hasards qu’on a en mains.

On ne peut faire ce changement du sept que dans la première d’un coup.

Annonces

Les annonces doivent être toutes faites avant que le joueur qui parle ait jeté une carte sur la table.

Toute annonce faite autrement est nulle.

Les annonces sont faites par leurs noms particuliers.

Par exemple :
Un cent, un cinquante ou une tierce. On annonce seulement les carrés par : carré de Roi  ou carré de 10.

L’annonce du 1er joueur étant faite, l’autre ou les autres joueurs annoncent à leur tour ce qu’ils ont de supérieur aux annonces déjà faites.

Toute annonce faite étant reconnue bonne, le joueur qui la possède la fait voir, mais seulement après que chaque joueur a jeté sa première carte sur la table.

Dans ce jeu, on n’est obligé de jouer que dans l’atout. Dans les autres cas on peut faire des impasses si vous estimez que tel est votre intérêt.

A la fin d’un coup de cartes, on ne compte pas les levées, mais chaque joueur compte les points qu’il trouve dans ses levées d’après les indications données au début de cette notice et les hasards.

Toutefois la dernière levée compte 10.

Fin de partie

Tout joueur qui se croit sûr, au cours d’un jeu, d’avoir gagné la partie, peut la terminer en disant, « j’arrête », mais s’il s’est trompé, c’est lui qui perd quels que soient les points du ou des adversaires.

Le joueur qui fait « capot » marque 100 points. Un joueur est dit « capot » quand il n’a fait aucun pli. Dans la partie à trois, ceux qui ont fait capot marquent chacun 50 points. On ne marque pas le 10 de dernière levée lorsqu’il y a capot. Avant de commencer à jouer, les adversaires fixent  le nombre des points de la partie en commun accord.